Conjoncture fribourgeoise : tissu industriel préservé mais convalescence perturbée

30 Novembre 2020 -17h12

Au moment où les entreprises industrielles interrogées remplissaient les questionnaires de l’enquête conjoncturelle du KOF, soit au plus tard en octobre dernier, l’ampleur de la deuxième vague et les mesures prises pour la combattre n’étaient pas encore connues. Le relatif optimisme des réponses reflète donc davantage le soulagement d’avoir survécu à la crise majeure de la première vague et les perspectives de normalisation plutôt que l’entrée dans une nouvelle phase de restrictions. Dès lors, l’interprétation est très délicate. On peut néanmoins en retenir que, en l’état actuel et si les conditions sanitaires permettent une normalisation de l’activité et des échanges, le secteur industriel demeure en général préservé et prêt à fonctionner à plein régime et à relever les défis déjà connus avant la crise sanitaire.

L’industrie alimentaire a notamment connu des pics de commandes que l’on peut probablement attribuer à la paralysie momentanée des échanges internationaux et à la constitution de réserves. L’évolution du niveau des stocks tend à confirmer ce phénomène. L’industrie chimique, pharmaceutique et du plastique a également fait état d’une augmentation des entrées de commandes pendant la crise, alors que la tendance était à la baisse auparavant. Malgré cela les indicateurs de niveau de production, ainsi que l’appréciation de la marche des affaires sont longtemps restés relativement bas avant d’augmenter vers la fin de l’été, ce qui pourrait traduire des difficultés d’approvisionnement en produits de base au plus fort de la crise.

Le taux de chômage s’est stabilisé, voire a diminué légèrement en termes désaisonnalisés durant l’été, mais il n’est pas revenu à son niveau d’avant la crise sanitaire. Les préavis de réduction de l’horaire de travail (RHT) en cours ont chuté, mais les données présentées ici ne tiennent pas encore compte des demandes consécutives aux restrictions destinées à lutter contre la deuxième vague. Les nuitées dans l’hôtellerie ont repris durant l’été, mais elles n’ont pas retrouvé le niveau des années précédentes. Dans une moindre mesure, on fait le même constat au niveau de l’immatriculation de véhicules neufs.

En résumé, sans la deuxième vague, la résistance - meilleures que prévue - des économies durant les 2e et 3e trimestres et la bonne tenue des indicateurs qualitatifs du KOF auraient pu constituer une toute relative bonne nouvelle dans un contexte qui demeure exceptionnellement difficile. Mais les résultats globaux de l’année 2020 sont désormais à nouveau suspendus à ce que réserve la pandémie pour la fin de l’année, dans le canton, en Suisse et dans le monde.

Consultation en ligne

Quelques indicateurs conjoncturels sur notre site :

- Baromètre de l'économie

- Construction

- Marche des affaires dans l'industrie

- Ventes immobilières

- Commerce extérieur

- Nuitées

- Chômage

- Mises en circulation de voitures neuves