Le chômage baisse à 2,6% dans le canton de Fribourg en septembre

06 Octobre 2021 - 15H30

Le taux de chômage s’établit à 2,6% de la population active dans le canton de Fribourg en septembre 2021, soit une diminution de 0,2 point par rapport au mois précédent. Le taux de demandeurs d’emploi s’inscrit lui aussi en baisse à 5%.

Le canton de Fribourg affiche un taux de chômage de 2,6% en septembre 2021, ce qui correspond à une baisse de 0,2 point par rapport au mois précédent. L’effectif des chômeurs s’élève à 4534 personnes, soit 373 de moins qu’en août 2021 et 1346 de moins qu’en septembre 2020. Tous les districts enregistrent une diminution du chômage, hormis celui de la Veveyse qui stagne à 2,9%.  La Broye et la Sarine voient leur taux respectif fléchir de 0,3 point à 2,2% et 3,2% ; 0,2 point en moins pour la Glâne (3,2%) et la Gruyère (2,7%) ; 0,1 point en moins pour le Lac (2,2%) et la Singine (1,4%). A l’échelle suisse, le taux de chômage pointe à 2,6% (-0,1 point).

L’effectif des demandeurs d’emploi fribourgeois s’élève à 8731 en septembre 2021, ce qui correspond à un taux de 5% (-0,2 point). Cela représente 249 personnes de moins que le mois précédent et 1083 personnes de moins qu’en septembre 2020. A l’échelle suisse, le taux de demandeurs d’emploi diminue de 0,1 point et atteint 4,5%.

Réduction de l’horaire de travail

En septembre 2021, 108 demandes de réduction d’horaire de travail (RHT) ont été saisies par le Service public de l’emploi (SPE). Elles concernent 1249 travailleurs.

Chômeurs et demandeurs d’emploi

Le taux de chômage permet d’effectuer des comparaisons entre les cantons puisqu’il est calculé de manière uniforme en Suisse. Le taux de demandeurs d’emploi regroupe les chômeurs et les personnes qui sont occupées dans une mesure active, comme un programme d’emploi temporaire, un gain intermédiaire, un cours de perfectionnement ou une reconversion professionnelle. Depuis juin 2019, les chiffres du chômage sont calculés sur la base d’un échantillon établi par l’Office fédéral de la statistique sur trois ans (2015, 2016 et 2017).