Questions sur la vie quotidienne

FAQ : Questions et réponses liées au quotidien.

La Hotline « vie quotidienne – soutien psychologique » est également à votre disposition au 026 552 6000
Tous les jours de 8h à 12h et de 14h à 18h (samedi et dimanche : soutien psychologique uniquement)

Approvisionnement / commerces

L’approvisionnement du pays en denrées alimentaires, en énergie et en médicaments est assuré. Il n’est pas recommandé de constituer des réserves.

Dès le 27.04.2020 Le Conseil fédéral a assoupli les mesures par étapes. Dès le 27 avril 2020, les hôpitaux pourront procéder à toutes les interventions. Cabinets médicaux, salons de coiffure, de massage, de beauté, de fleurs, magasins de bricolage, garden centers, jardineries pourront rouvrir.

    • Magasins de bricolage (Baufachmärkte)
    • Jardineries, pépinières, magasins de fleurs
    • Salons de coiffure et de beauté
    • Établissements en libre-service comme les stations de lavage de voitures, les solariums, les champs de fleurs
    • Cabinets médicaux et dentaires
    • Physiothérapie, massages
    • Toutes les interventions à l’hôpital, si aucune restriction cantonale n'existe

    Les entreprises / commerces autorisés à rouvrir à partir du 27.04.2020 doivent disposer d’un plan de protection selon les prescriptions de l’OFSP et du SECO. Pour plus de détails : site du SECO

  • L’approvisionnement de la Suisse en denrées alimentaires est garanti.
    Pour les cas de pénuries graves, la Suisse dispose de réserves obligatoires de denrées alimentaires vitales, qui permettent de couvrir les besoins de la population pendant 3 à 4 mois.
    Même dans la situation actuelle, il n'y a aucune raison de constituer des provisions domestiques couvrant plus d'une semaine.
  • L’approvisionnement en médicaments est garanti, l’importation et la production sont assurées normalement. Par ailleurs, les médicaments vitaux sont soumis au stockage obligatoire. Les réserves d’antibiotiques, de vaccins et d’analgésiques puissants, par exemple, permettent de couvrir 3 à 4 mois de consommation normale.
Assouplissement des mesures par étapes
Assouplissement des mesures par étapes © Tous droits réservés
Assouplissement des mesures par étapes
Semences, plantons

L’Organe cantonal de conduite (OCC) a décidé d’assouplir les conditions de vente de semences, de plantons et de terreau. Régie par une stricte réglementation, cette mesure fait écho au besoin pressant en la matière exprimé par la population. Elle fera l’objet de contrôles réguliers.

Stands de denrées alimentaires

L’OCC précise les règles applicables pour la tenue de stands de denrées alimentaires présents d’ordinaire lors de marchés. De tels stands pourront de nouveau être tenus individuellement, moyennant la mise en place de mesures de protection ainsi que des règles strictes.

 


Ecole

Les élèves et les parents ayant des questions sollicitent en premier lieu l’enseignant-e concerné-e, le conseiller ou la conseillère en orientation professionnelle habituel-le ou la direction d’école. Malgré la distance, ils et elles restent à disposition, notamment par e-mail. Des questions dépassant le cadre propre du fonctionnement de la classe ou de l’établissement peuvent être adressées directement à la DICS via l’adresse suivante : dics@fr.ch.

  • 1H – 4H : entre 60 et 120 minutes au maximum
    5H – 8H : entre 90 et 150 minutes au maximum
    9H – 11H : entre 150 et 210 minutes au maximum
  • Les mesures d’enseignement à distance sont prévues jusqu’au 30 avril. Elles pourront être prolongées en fonction de l’évolution de la situation sur le plan sanitaire. Il n’y a pas de réponse précise pour l’instant. Le Conseil fédéral semble dire que la situation se prolongera.
  • Cela dépend de quelques facteurs (âge et rythme des élèves, quantité de travail scolaire, etc.). Oui, tant que cela reste dans la fourchette donnée. Mais non, si cela dépasse. Il s’agit de clarifier les tâches obligatoires et les propositions facultatives avec l’enseignant-e de l’enfant (ou le titulaire de classe pour le CO). Si les parents ont déjà appelé l’enseignant-e, ils prennent contact avec la direction de l’école afin de déposer et de trouver.
  • Là également, cela dépend des différents contextes. Il faut clarifier avec l’enseignant-e, voire la direction.
  • Il faut prendre contact avec l’enseignant-e de votre enfant et convenir d’une autre façon de procéder pour la restitution du document.
  • Non, il ne sera pas pénalisé. Si vous ne possédez pas de matériel informatique, vous devez prendre contact avec son enseignant-e ou la direction de l’établissement qui vous donnera d’autres outils ou trouvera d’autres solutions pour qu’il puisse faire ses travaux scolaires.
  • Durant cette période particulière, les ordinateurs sont fortement utilisés. Il s’agit de trouver une organisation propre à la famille qui tienne compte des besoins de chacun des membres. Les parents qui doivent effectuer du télétravail avec l’ordinateur ont la priorité. Les enfants utiliseront l’ordinateur quand il sera libéré mais en respectant les rythmes de la journée.
  • Chaque école utilise des outils différents pour l’enseignement à distance. Il n’est pas prévu que tous les élèves bénéficient d’outils qui leur permettront de suivre des cours par skype, zoom ou autres outils.
  • Les enseignant-e-s proposent du travail scolaire qui varie en fonction de la quantité et de la charge de travail. Le temps de réalisation des activités est en principe clarifié. Quand le travail scolaire est donné pour toute une semaine, il faut veiller à répartir le travail sur l’ensemble de la semaine.
  • Pour diverses raisons (situation familiale, travail des parents, absence de matériel, manque d’outils, difficultés de compréhension et d'autres raisons, plusieurs familles vivent cette situation de manière angoissante. Dans ces situations, il est important de contacter l’enseignant-e ou la direction de l’école qui proposeront des solutions pratiques.
  • Non, les enseignant-e-s proposent des activités qui concernent toutes les disciplines et ne sacrifient pas des disciplines au profit d’autres.
  • Jusqu’au 30 avril, il n’y aura pas d’évaluation sommative, c’est-à-dire qui compteront pour le bulletin scolaire. Par contre, des activités formatives qui permettent de situer l’évolution de l’élève et son niveau de maîtrise des objectifs pourront être proposées.
  • Les élèves qui devaient passer l’épreuve cantonale ont été informés que l’examen était annulé. Les familles ont reçu un courrier et un dossier leur donnant les informations nécessaires pour la suite de la procédure.
  • Il n’y a pas de programme idéal pour une journée. Cela dépend de nombreux facteurs. L’important est de conserver un rythme proche de celui du temps scolaire. Il faut notamment respecter un nombre d’heures de sommeil suffisant et maintenir le rythme et les horaires des repas. Les parents veilleront à proposer des activités variées à leur enfant et notamment une alternance entre activités intellectuelles, artistiques, sportives ou récréatives.
  • Le service d’interprétariat communautaire de Caritas (40 langues étrangères) est opérationnel et peut aider les familles qui ne comprennent pas ce qui est attendu de leur enfant.
    Service d’interprétariat communautaire de Caritas : secomprendre@caritas.ch / 026 425 81 30
    Ville de Fribourg : Secteur de contact école - parents migrants : scepm@ville-fr.ch / 026 351 73 48
  • Le Service du Sport (SSpo) propose depuis le 23 mars des activités sportives et ludiques à réaliser chez soi. En effet, chaque jour, il publie une nouvelle vidéo avec des exercices accessibles à tout un chacun pour garder la forme. Pour compléter l'offre d'activités, un challenge est lancé en début de chaque semaine et il s’agira de le réussir à la maison. Le partage des performances est possible. Voir toutes les informations ici : https://www.fr.ch/sspo/sante/prevention-et-promotion/bouger-avec-fri-sport-home.
  • Oui, l’année scolaire comptera. L’année scolaire 2019/2020 sera validée intégralement, indépendamment de la durée de l’enseignement à distance.
  • L’enseignant-e de soutien est responsable du contact avec vous et/ou votre enfant. Si vous n’avez pas été contacté, vous pouvez appeler la personne ou vous renseigner auprès de la direction d’école.
  • Les spécialistes sont à disposition des élèves et des parents. Il est possible de les contacter personnellement si vous possédez ses coordonnées ou par l’intermédiaire du secrétariat du Service concerné.
  • Les conseillers et les conseillères en orientation professionnelle sont à disposition des élèves de 11H qui le souhaitent et joignables principalement par e-mail. Comme en temps normal, ils et elles organisent à la demande des élèves, des tests à faire à la maison, des simulations d’entretien ainsi que des relectures de lettre de motivation et de CV. Les restitutions sont possibles par téléphone ou via vidéo-conférence. S’il n’est plus, actuellement, envisageable de faire un stage, les entreprises sont encore nombreuses à proposer des places d’apprentissage. Pour parer à la situation actuelle, le Service de l’orientation professionnelle et de la formation des adultes (SOPFA) envisage un renfort du programme Last Minute qui se déroule chaque été afin de soutenir les jeunes qui auront eu des difficultés à trouver une place d’apprentissage. Le service garde le contact avec les entreprises et évalue la possibilité de décaler l’entrée en formation professionnelle jusqu’à la fin de l’automne pour permettre la signature tardive des contrats d’apprentissage.
    Le travail prévu lors des passages en classe des élèves de 10H a été transmis aux enseignant-e-s titulaires de classe. La documentation « Une vie, des directions » est à disposition.
  • Non.
  • Ces réponses dépendent de l’évolution sur le plan sanitaire et des décisions sur le plan politique.
  • Les jours fériés de la Pentecôte, de l’Ascension et de la Fête-Dieu sont maintenus, ainsi que les ponts qui ont été accordés.
  • Non. Les calendriers scolaires établis par les cantons restent valables. Les vacances sont maintenues et ne seront pas utilisées pour l’enseignement.

Accueil de jour

L’activité économique dans certains secteurs professionnels pourra reprendre le 27 avril 2020. Ainsi en a décidé le Conseil fédéral dans une ordonnance du 16 avril 2020. Un certain nombre de parents reprendront par conséquent le chemin du travail en présentiel. Selon leur situation, ils devront trouver des solutions de garde pour leurs enfants. A certaines conditions, ces catégories de parents auront la possibilité de placer leurs enfants dans les structures extrafamiliales de jour et dans les écoles du canton de Fribourg. Vous trouverez différentes informations sur ce lien

  • Dès le 27.04.2020, les parents qui doivent reprendre le travail en présentiel à la suite de la décision de leur entreprise et compte tenu de l’Ordonnance 2 du Conseil fédéral du 16 avril 2020 sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus (COVID-19) et répondant aux conditions suivantes :

    • Les parents doivent disposer d’un contrat ordinaire d’accueil.
    • Les deux parents doivent travailler dans les domaines précités.
    • Les parents ne bénéficient pas d’autre solution qu’une garde par des personnes à risque.
  • Sans autre solution de garde, votre enfant peut bénéficier de ces services. En effet, il suffit qu’un seul des deux parents travaille dans un de ces deux domaines (sécurité et santé) pour pouvoir bénéficier de ces services.
  • Dès le 27.04.2020, les parents qui doivent reprendre le travail en présentiel à la suite de la décision de leur entreprise et compte tenu de l’Ordonnance 2 du Conseil fédéral du 16 avril 2020 sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus (COVID-19) et répondant aux conditions suivantes :

    • Les parents doivent disposer d’un contrat ordinaire d’accueil.
    • Les deux parents doivent travailler dans les domaines précités.
    • Les parents ne bénéficient pas d’autre solution qu’une garde par des personnes à risque.
  • Oui, à condition de :

    • n’avoir pas d’autre solution qu’une garde par des personnes à risques ;
    • travailler dans les domaines de la sécurité, de la santé de l’enseignement, des institutions socio-éducatives, de l’approvisionnement de la population en biens et services vitaux et d’autres domaines essentiels au bon fonctionnement de la société.

    L’accès à ces structures n’est possible que durant les jours de garde de l’enfant par le parent répondant aux conditions.

  • Oui, elle en a même l’obligation. Toute personne malade doit être isolée jusqu’à 48h après la disparition des symptômes. Donc l’enfant ne doit pas venir à l’accueil ou à la crèche.
  • Non.
  • En principe ce surcoût doit être assumé par les parents.
  • Pour les structures d’accueil extrafamilial privées et pour les structures d’accueil familial de jour, il faut adresser la demande à la structure ou, selon les communes, à la liste d’attente centralisée des crèches.
    Pour les services de piquet dans les écoles, la demande doit être adressée au responsable d’établissement.

Aide et prise en charge

De nombreuses initiatives de particuliers ou d’associations ont vu le jour dans les communes pour aider les personnes vulnérables ou sans solution durant cette période de crise. Pour savoir ce qui se fait près de chez-vous, appelez votre commune ou un des numéros ci-dessous :

  • Pour le district de la Sarine, appelez le Centre de coordination du district de la Sarine au 026 425 55 25.
  • Pour le district du Lac, appelez le Centre de coordination du district du Lac au 026 672 34 00.
  • Pour le district de la Gruyère, appelez le 026 919 00 01 ou consultez ce lien.
  • Pour le district de la Veveyse, appelez le Centre de coordination du district de la Veveyse au 021 948 61 61.
  • Pour le district de la Glâne, appelez directement votre commune ou consultez ce lien.
  • Pour le district de la Singine, appelez directement votre commune.
  • Pour le district de la Broye, appelez directement votre commune.

La hotline « vie quotidienne et soutien psychologique » peut également vous renseigner par téléphone au 026 552 60 00, ou par mail à cette adresse : viequotidienne@fr.ch.


Accompagnement des personnes en fin de vie

La cellule « accompagnement » de l’OCC coordonne les actions liées aux difficultés pouvant surgir lors d’un décès. Celle-ci peut être contactée pour toute demande au 026 304 22 08 – accompagnement.deces@fr.ch.

En fin de chapitre vous trouverez des listes utiles de coordonnées en fonction des demandes.

Pour toute autre question, vous pouvez prendre contact avec la hotline « vie quotidienne et soutien psychologique » par téléphone au 026 552 60 00, ou par mail à l’adresse : viequotidienne@fr.ch.

  • Parlez-en avec vos proches.

    • Il est souhaitable qu’il ou elle rédige des directives anticipées, et qu’elles soient datées et signées. Vous trouverez un modèle ici.
    • Si votre proche n’est plus capable d’écrire, il ou elle peut faire part oralement de ses dernières volontés.
    • Chaque personne peut désigner un-e représentant-e thérapeutique formé dans ce domaine qui décide à sa place si elle ou lui n’est plus capable d’exprimer ses volontés.
    • La hotline « Vie quotidienne et soutien psychologique » (026 552 60 00) peut également vous soutenir dans la rédaction d’une directive anticipée.
  • Parlez-en avec vos proches.

    • Ne sont-elles pas déjà rédigées ?
    • Si tel n’est pas le cas, entreprendre les démarches nécessaires en établissant un testament manuscrit ou en contactant un notaire via la hotline « Vie quotidienne et soutien psychologique » (026 552 60 00).
    • Si votre proche n’est plus capable d’écrire, il ou elle peut exceptionnellement faire part oralement de ses dernières volontés au personnel habilité qui retranscrira celles-ci à l’attention des autorités.
    • Au sein des établissements de santé, des membres du personnel de santé seront informés dans ce sens.
  • En principe, oui. Toutefois, les établissements pourraient être amenés, selon la situation, à revoir cette possibilité. Ainsi, les établissements se doivent de garantir que ces moments puissent se dérouler :

    • sans entraver le bon fonctionnement du service ;
    • en respectant les règles d’hygiènes de l’OFSP.

    Selon l’évolution de la situation, des dispositions différentes pourraient être édictées. L’information sera disponible auprès des établissements concernés.

    • Un médecin doit être contacté afin de constater le décès.
    • En cas d’indisponibilité, appelez le 144 ou le 117.
    • Dans tous les cas, ne touchez pas et ne déplacez pas la personne décédée.
  • Contactez une entreprise de pompes funèbres. Ils vous orienteront sur les démarches et effectueront les annonces auprès de l’Etat civil.
  • Sous l’angle de la santé, rien ne s’y oppose si les règles usuelles d’hygiène sont respectées, mais les pompes funèbres fermeront en principe les cercueils, si un dernier adieu a été possible.

    • Il est recommandé aux proches d’éviter de toucher le ou la défunt-e.
    • Le port d’un masque n’est pas nécessaire pour les proches du défunt ou de la défunte.
  • Non, ce n’est malheureusement plus possible même pour les personnes qui étaient non atteinte du COVID-19, car le service d’anatomie de l’université a momentanément fermé ses portes à cause du COVID-19. En cas de questions l’entreprise de pompes funèbres Murith, responsable pour ces dons, pourra vous répondre.

    • Il est demandé de faire la célébration religieuse avec la famille et les proches uniquement, afin de limiter le nombre de personnes présentes et de prévoir, le cas échéant, une cérémonie de souvenir lors d’un retour à la normale.
    • Les distances préconisées par l’OFSP doivent être respectées aussi bien dans l’église que dans la chapelle ardente (morgue).
  • La cellule de soutien psychologique se tient à votre disposition via la hotline « Vie quotidienne » au numéro 026 552 60 00.
  • Oui. Dans le cas où vous passez par les services de secours (117-144), la première intervention sera effectuée par les pompes funèbres de permanence si vous n’avez pas arrêté votre choix.
    • Tout est mis en œuvre pour que les procédures soient les plus rapides possibles.
    • Selon l’évolution de la situation, des retards de procédure ne sont pas à exclure.
  • Selon le cadre légal actuel, il vous est possible de choisir.

    Dans les circonstances actuelles, une incinération est à privilégier, mais rien ne vous y oblige.

    • Ces dispositions sont toutefois susceptibles de changer selon l’évolution de la situation.
  • Le cadre légal actuel et les accords entre pays n’ont, à notre connaissance, pas changé.

    Compte tenu de la situation actuelle ainsi que, des restrictions dans les transports, il est fortement recommandé de procéder à une incinération et d’opter pour une cérémonie ultérieure à l’étranger.

  • Une Hotline « vie quotidienne et soutien psychologique » dispose des informations au jour le jour et peut répondre à vos questions quant à l’accompagnement qui peut être mis en place.

    • Les services de l’Etat, les administrations communales ainsi que les représentant-e-s des communautés religieuses se tiennent également à disposition.
  • Il faut prendre contact avec la Justice de paix de votre district.

    Une Hotline « vie quotidienne et soutien psychologique », atteignable au 026 552 60 00 qui dispose des informations au jour le jour et peut répondre à vos questions quant à l’accompagnement.

    Si vous avez urgemment besoin d’aide, adressez-vous selon votre besoin à la Police (117), aux urgences santé (144) ou aux urgences psychiatriques (026 305 77 77).

  • Oui en respectant les « mesures de protection » recommandées par l’OFSP (nettoyage des surfaces et objets avec les produits de nettoyage habituels).

Soutien psychologique – ressources en lien avec la crise du COVID-19

Pour toute demande de soutien psychologique en lien avec la pandémie Covid-19, vous pouvez appeler la hotline « vie quotidienne et soutien psychologique » au 026 552 60 00. L’opérateur qui vous répondra enregistrera votre demande et un/e professionnel/le vous rappellera dans un délai de 30 à 45 minutes.
Vous trouverez ci-dessous différentes ressources et conseils adaptés, que ce soit pour les enfants, pour les personnes à risque ou encore pour tout un chacun.

L’opérateur qui vous répondra enregistrera votre demande et un/e professionnel/le vous rappellera dans un délai de 30 à 45 minutes.

Soutien psychologique COVID-19
Soutien psychologique COVID-19 © Tous droits réservés
Soutien psychologique COVID-19

Ordures / déchetteries

Il convient de se rendre à la déchetterie uniquement en cas de stricte nécessité. Les déchets non périssables ou propres doivent être entreposés à la maison.

Pour des précisions quant aux horaires des déchetteries ou aux services de ramassage, prenez contact avec votre commune.

  • Les ménages dans lesquels se trouvent des personnes malades ou en quarantaine doivent renoncer au tri usuel du PET, de l’alu, du papier, etc. Ces déchets doivent être éliminés avec les ordures ménagères afin d’éviter toute transmission du virus par ce biais. Il en va de même pour les déchets verts et le compost, qui doivent eux aussi être jetés avec les ordures ménagères.
  • L’incinération de déchets dans le jardin ou dans une cheminée demeure évidemment interdite, et ce malgré la situation actuelle.

Déplacements / transports / voyages à l'étranger

Les consignes sont claires : Restez chez vous ! Sauf pour acheter vos aliments, vous rendre chez le médecin ou à la pharmacie, pour aider d’autres personnes, ou pour vous rendre au travail.

Les transports publics restent en service mais connaissent certaines restrictions. Vérifiez votre horaire et ceux des points de vente sur le site des CFF qui intègre toutes ces modifications. Consultez l’horaire des points de vente TPF.

L’OCN répond aux questions par téléphone au 026 484 55 55 de 07h30 à 16h30. De nombreuses informations concernant leurs prestations peuvent également être trouvées ici.

  • Actuellement, le Conseil Fédéral recommande de s’abstenir jusqu’à nouvel ordre de tout voyage non urgent à l’étranger.
    Si votre voyage est impératif, renseignez-vous auprès des représentations étrangères en Suisse quant aux mesures en vigueur : https://www.eda.admin.ch.
  • L’entrée dans un pays voisin relève de la compétence des autorités étrangères concernées. La Suisse n’empêche personne de quitter le pays. Toutefois, toute personne en provenance de l’étranger souhaitant rentrer en Suisse doit pouvoir présenter à la frontière les documents suivants :

    • Pour les citoyens suisses : une carte d’identité suisse ou un passeport suisse
    • Pour les étrangers : être au bénéfice d’un document de voyage et d’un titre de séjour, notamment permis de séjour suisse (permis L, B, C ou Ci), un permis de frontalier (permis G), un visa délivré par la Suisse avec comme motif « discussion d’affaires » en tant que spécialiste dans le domaine de la santé ou « visite officielle » d’une grande importance, ou être au bénéfice d’une assurance d’autorisation de séjour.
  • Tous les déplacements non nécessaires sont déconseillés et à reporter. Le canton du Tessin étant particulièrement touché par l’épidémie, y partir en vacances ces prochaines semaines serait une mauvaise idée.

Divers

  • Vous y êtes autorisés, mais vous devez respecter strictement les règles ordonnées par les autorités. Les mesures d’hygiènes et de distances sociales doivent être respectés.
Vie religieuse

Des prêtres, diacres et agents pastoraux laïcs des paroisses catholiques du diocèse répondent à vos questions à ces différents numéros :

  • Permanence téléphonique du décanat de Fribourg : 078 852 51 50, tous les jours de 09h00 à 19h00
  • Vicariat de Fribourg : 026 426 34 10 (francophone) et 026 426 34 17 (germanophone)

De nombreuses informations en lien avec la situation actuelle sont également disponibles sur le site du diocèse.

Les paroisses évangéliques réformées du canton se sont également organisées afin de répondre aux questions des paroissiens. Prenez contact directement avec votre paroisse.

Escroqueries / arnaques

En cas d’urgence, appelez le 117.

Les polices cantonales constatent une augmentation des cyberphénomènes liés au COVID-19. De par leurs machinations, les criminels tentent délibérément d’exploiter les peurs et les inquiétudes de la population. Il convient donc d’être particulièrement attentif en cette période.

Déclaration d’impôts

Les contribuables qui ont jusqu’au 31 mars pour déposer leur déclaration d’impôt qu’en raison du Coronavirus, ce délai est reporté au 30 juin 2020.

Argent liquide – banques

La plupart des banques proposent différentes solutions pour les personnes ne pouvant pas sortir de chez elles et qui ont besoin d’argent liquide. Prenez contact avec votre établissement ou votre conseiller bancaire par téléphone.

Actualités liées