Retour
Marius Cottier, ancien Conseiller d'Etat/alt Staatsrat, (1976-1991)
Marius Cottier, ancien Conseiller d'Etat/alt Staatsrat, (1976-1991) © Tous droits réservés

Décès de l'ancien conseiller d’Etat Marius Cottier, le 7 mars 2019, à l'âge de 81 ans

Marius Cottier, ancien Conseiller d'Etat/alt Staatsrat, (1976-1991)
Marius Cottier, ancien Conseiller d'Etat/alt Staatsrat, (1976-1991) © Tous droits réservés

8 Mars 2019 - 15h37

C’est avec tristesse que le Conseil d’Etat a appris le décès de Marius Cottier, conseiller d’Etat de 1976 à 1991, des suites d’une longue maladie ce jeudi 7 mars, à l’âge de 81 ans.

C’est avec tristesse que le Conseil d’Etat a appris le décès de Marius Cottier, conseiller d’Etat de 1976 à 1991, des suites d’une longue maladie ce jeudi 7 mars, à l’âge de 81 ans.

Marius Cottier a siégé quinze ans au gouvernement cantonal, dont il fut le Directeur de l’instruction publique et des cultes, qui devient en 1980 Direction de l’instruction publique et des affaires culturelles. Il a présidé le Gouvernement en 1983 et 1990.

Il est à l’origine de nombreuses lois parmi lesquelles la loi sur le Conservatoire, jusqu’ici institution privée et la loi sur la réorganisation de l’Université. Dans le domaine de l’enseignement, il mène à bien la réforme de l’école obligatoire : la loi de 1884, centenaire, fait place à celle de 1985, qui met l’accent sur le cycle d’orientation et la scolarité enfantine. En 1990 aboutit la redéfinition de ses rapports entre les Eglises et l’Etat, ainsi que la reconnaissance de la Communauté israélite ; en 1991, il en va de même des lois sur l’enseignement secondaire supérieur, les affaires culturelles, les institutions culturelles et la protection des biens culturels. Sous son égide, l’Etat soutiendra financièrement la création du Théâtre des Osses, à Givisiez, et celle de l’Opéra de Fribourg. Le budget culturel de l’Etat comportera désormais chaque année l’acquisition d’au moins une œuvre d’un artiste fribourgeois en vie.

Le Conseil d'Etat gardera de Marius Cottier le souvenir d’une personnalité engagée et ouverte, dont l’action a apporté des changements importants dans le domaine de l’instruction publique et de la culture. Bien au-delà de la fin de son mandat, il a continué à s’intéresser à la vie publique et culturelle.

Le Gouvernement exprime ses plus sincères condoléances et sa profonde sympathie à sa famille et à ses proches.

Actualités liées