Le temps partiel : flexibilisation de la durée du temps de travail

La notion de travail à temps partiel couvre toute forme de réduction du temps de travail par rapport à un travail à temps complet. Selon les possibilités offertes par l’employeur et les exigences du poste, il peut correspondre à une réduction des heures journalière, hebdomadaire ou annuelle. Le job-sharing est une forme particulière du temps partiel, car il consiste en un partage de poste par deux ou plusieurs personnes à temps partiel.

Un emploi à temps partiel peut constituer une réelle opportunité de poursuivre son développement professionnel tout en consacrant également du temps précieux à sa vie privée et familiale. Il peut conduire à un meilleur équilibre de vie, moins de stress, une meilleure santé, voire aussi un partage plus équilibré des responsabilités financières et domestiques dans le couple.

Pour l’employeur-e, l’offre d’emplois à temps partiel contribue à l’attractivité de l’entreprise/organisation et constitue une manière de garder le personnel qualifié et formé même en cas de changement de circonstances de vie (p.ex. maternité ou paternité), de diminuer des absences dues au stress ou aux obligations familiales, et d’augmenter la diversité de profils des personnes engagées.

Pour que ce potentiel du temps partiel puisse être réalisé, il est impératif qu’il soit accompagné par une réelle réflexion autour de l’organisation du travail, des tâches et des responsabilités – dans l’entreprise ou organisation, dans l’équipe et à la maison

Egalité à temps partiel ?

En Suisse (et ailleurs), le temps partiel est un modèle de temps de travail majoritairement utilisé par les femmes (et notamment des mères), mais aussi par un nombre croissant d’hommes. Le travail à temps partiel semble avoir permis d’augmenter la participation des femmes au marché du travail, voire leur maintien dans une activité professionnelle malgré la maternité. Néanmoins, il ne semble pas (encore) avoir amené une implication de manière proportionnelle des hommes dans le domaine domestique.

Afin que le travail à temps partiel constitue une réelle opportunité pour l’avancement de l’égalité hommes-femmes dans le monde du travail (et par répercussion dans le domaine domestique), il est nécessaire de repenser la norme de référence de la carrière linéaire à 100% qui donne accès aux postes de responsabilité, à la formation continue, voire aux tâches et projets intéressants. Il faudra plutôt concevoir un taux de temps de travail variable selon les besoins de chaque étape de vie, pour les hommes autant que pour les femmes.

Actualités liées