Actualités

Le Conseil d'Etat regrette la démission de Marie Garnier et la remercie de son engagement pour le canton

Le Conseil d'Etat a pris connaissance ce jour, avec regret, de la démission de Marie Garnier. Il la remercie de son grand engagement pour faire avancer les dossiers dans le domaine des institutions, de l'agriculture et des forêts. Il salue également sa contribution à la cause de l'écologie dans notre canton. Cette démission entraînera la mise sur pied d'une élection complémentaire au Conseil d'Etat dont la date sera fixée prochainement par le Gouvernement.

Le Conseil d'Etat fribourgeois a été informé ce jour, par l'intéressée elle-même, de sa démission au 30 avril 2018. Surpris de cette décision, les membres de l'Exécutif cantonal la regrettent, tout en comprenant que leur collègue ait souhaité donner la priorité à sa santé et au bien-être de sa famille. Directrice des institutions, de l'agriculture et des forêts depuis son entrée en fonction en 2012, Marie Garnier a fait avancer plusieurs dossiers d'importance dans ses domaines de compétence et s'est toujours engagée avec conviction dans les affaires gouvernementales.
Au chapitre des droits politiques, Marie Garnier a conduit le projet qui a abouti à la création des groupements de cercles électoraux dans le cadre de l'élection au Grand Conseil. Son activité fut intense dans le domaine des fusions de communes. Elle a piloté la modification de la loi pour permettre la fusion du Grand Fribourg. Le plan de fusion élaboré sous son égide a fait passer le nombre de communes de 165 à 136. L'histoire gardera sans doute aussi en mémoire le fait qu'elle a initié le projet " Clavaleyres " qui aboutira, pour la première fois depuis 1803, à une extension du territoire fribourgeois.
Dans le secteur agricole, l'engagement de Marie Garnier a été marqué, en vue de la création du " Campus Grangeneuve ", par la préparation de la construction des bâtiments de la station fédérale de recherches Agroscope, par le projet d'une nouvelle ferme à Grangeneuve et par la rénovation de celle de Sorens. Son action a contribué à la validation de 400 ha supplémentaires de surfaces d'assolement qui permettront la mise en zone de terrains pour le développement de projets de constructions et d'aménagement au niveau cantonal. Elle s'est également investie pour l'élaboration de la planification directrice des forêts et pour l'adoption de nouvelles ordonnances sur la chasse.
Marie Garnier a mis sur pied la Journée du bilinguisme qui a eu lieu depuis à trois reprises. Elle a mené à terme le projet de loi sur la médiation administrative. Au moment d'écrire ces lignes, le Conseil d'Etat vient de transmettre au Grand Conseil son projet de révision de la loi sur la péréquation financière intercommunale, celui de nouvelle loi sur les finances communales ainsi que le projet de révision de la loi sur le droit de cité fribourgeois et celui de modification de la loi sur l'agriculture visant à l'introduction de prescriptions sur la restauration collective.
Dans toutes ses activités politiques, Marie Garnier a toujours eu à cœur de faire grandir la sensibilité à la cause de l'écologie dans notre canton. Sa démission aura pour conséquence l'organisation d'une élection complémentaire au Conseil d'Etat. Le Gouvernement en arrêtera la date et le calendrier prochainement.