Actualités

Réseau de La Poste : le Conseil d'Etat prend acte de la transformation probable de 24 offices postaux en agences et déplore la suppression des emplois

La direction de La Poste a communiqué ce matin sa décision concernant la transformation envisagée d'offices de postes en agences dans le canton de Fribourg. La Poste garantit d'ici 2020 la survie de 32 filiales traditionnelles sur 56. L'action du Conseil d'Etat a permis d'éviter la disparition d'un certain nombre d'offices menacés, et il déplore la suppression annoncée d'emplois. La Poste poursuivra ou entamera ensemble avec les communes concernées un examen au cas par cas des 24 filiales traditionnelles dont le maintien à l'avenir n'est pas garanti.

Vingt et un, c'est le nombre d'emplois équivalents plein temps (EPT) qui risquent de disparaître dans le canton de Fribourg à la suite de la décision de La Poste de supprimer, d'ici 2020, 24 offices de postes et de les remplacer par des agences. Pour être très précis, ce sont 31 personnes occupant 21,3 EPT dans les offices concernés. Dans ses contacts avec La Poste, le Conseil d'Etat a insisté sur le fait que cette dernière respecte socialement le sort des personnes concernées. Les départs naturels seront de fait privilégiés, et les 31 collaborateurs et collaboratrices concernés se verront proposer d'autres tâches au sein du groupe dans la mesure du possible. Dans l'ensemble, La Poste fournit 1030 places de travail dans le canton de Fribourg en 2017. Des places de travail que l'on trouve par exemple au sein de PostFinance, CarPostal, et bien sûr dans la distribution du courrier.

Pour les 24 offices concernés, le projet de La Poste consiste à les remplacer par des agences. Même si certains services ne pourront plus être assurés, comme le paiement de factures en espèces, le Conseil d'Etat salue la création de ces agences. Ces filiales partenaires offrent des opportunités de revenus supplémentaires intéressantes pour les commerçants locaux qui se verront confier cette activité postale.

Dans les discussions, le Conseil d'Etat s'est montré soucieux que chaque habitant et chaque habitante du canton puisse continuer à bénéficier d'un accès au service universel fourni par La Poste. Le gouvernement a également insisté sur la dynamique démographique et économique du canton de Fribourg, et donc demandé le maintien d'un certain nombre d'offices supplémentaire par rapport au plan initial de La Poste. A l'issue des discussions, La Poste a accepté d'entrer en matière pour la moitié des revendications du Conseil d'Etat.

La Poste va désormais poursuivre ou entrer en discussion avec les communes concernées par ces remplacements d'offices de poste en agences. Les autorités locales ont la possibilité de faire recours auprès de la commission fédérale de la poste PostCom, qui peut, si elle l'estime nécessaire et fondé, contredire la décision de la direction de La Poste.

L'adaptation du réseau postal a également fait débat au Grand Conseil. Des députés ont protesté à plusieurs reprises, via le dépôt d'objets parlementaires, contre les intentions de La Poste.