Actualités

Cahiers d'Archéologie Fribourgeoise 2016

L'année durant, fouilles, surveillances de chantiers et prospections font partie du quotidien des archéologues. L'hiver venu, ils déclinent pour vous les recherches qu'ils ont pu mener de front avec leurs activités de terrain pour vous faire découvrir la richesse de notre patrimoine archéologique, parfois issu d'anciennes campagnes de fouille, parfois collant à l'actualité. Comme chaque année, tous les métiers représentés dans l'équipe du Service archéologique contribuent, chacun dans leur domaine, à préparer la livraison de ce périodique non seulement en mettant au jour, dessinant, photographiant et conservant ces éléments du patrimoine archéologique qui font la raison d'être de nos Cahiers, mais encore en rédigeant, corrigeant, traduisant les textes qui constituent le corps du volume.

En plus des traditionnelles informations liées aux expositions temporaires du Musée romain de Vallon - en particulier celle intitulée "Partout chez soi? Migrations et intégrations dans l'Empire romain" mise sur pied avec le Musée romain d'Avenches - et de la synthèse des principales interventions de terrain réalisées en 2015, les 18e Cahiers d'Archéologie Fribourgeoise proposent un dossier attendu consacré à l'église Saint-Pierre de Carignan à Vallon, qui met en lumière l'évolution architecturale du sanctuaire, depuis le mausolée de l'Antiquité tardive (Ve s. apr. J.-C.) jusqu'à l'église paroissiale, quinze siècles plus tard. Les fouilles réalisées dans les années 80 avant la restauration de l'édifice ont mis en évidence des tombeaux creusés dans la molasse parfois encore en usage aux époques carolingienne et gothique, ainsi qu'un intéressant mobilier mérovingien.

Nichés dans le canyon de la Sarine en contrebas du site médiéval d'Arconciel, deux abris ont été utilisés par l'homme entre le Bronze final (1000-800 av. J.-C.) et le Moyen Age; l'un d'entre eux, à flanc de falaise, présentait un cloisonnement de l'espace. Tour à tour refuges pour le petit bétail ou espaces pour des activités de forge, ces abris ont aussi livré des lots de céréales carbonisées.

Le couvent franciscain d'époque médiévale de Fribourg est méconnu suite à la disparition des bâtiments lors de l'effondrement de la falaise surplombant la Sarine en 1723. Des sondages ponctuels réalisés à l'occasion des travaux de rénovation du complexe conventuel ont notamment mis au jour un tronçon de la façade orientale de l'aile est ainsi que 17 sépultures, et permis de documenter la forme trapézoïdale qu'affectait le cloître de cette période.

La campagne 2015 dans la zone du Terraillet à Bulle s'est concentrée sur le plus grand des cinq tumuli hallstattiens identifiés sur la parcelle, au diamètre remarquable de 29 m. Malgré une réouverture vraisemblable de la sépulture, les vestiges d'une structure centrale funéraire de bois accueillant le défunt ont pu être observés; le mobilier dégagé, une lame d'épée en fer et deux céramiques, remonte au Hallstatt ancien (730-650 av. J.-C.). Des traces d'occupation de cette zone durant le Bronze final (1200-800 av. J.-C.) et l'époque romaine 15 av.-450 apr. J.-C.) ont également été documentées.



Sur les hauts de Courtepin, une équipe intervenue en urgence a mis au jour une portion très arasée de la partie résidentielle d'une villa romaine; les remblais oblitérant l'accès à la cave de l'un des deux bâtiments renfermaient des fragments d'enduits peints bien conservés témoignant d'une décoration classique du IIe siècle apr. J.-C.; en amont ont été observées les traces d'une petite construction légère en lien avec la villa. 27 tombes faisant partie d'une nécropole médiévale installée dans les bâtiments en ruine ont été dégagées; deux d'entre elles présentaient une architecture soignée avec coffrage dallé ou muré, et huit ont livré un riche mobilier de la fin du VIe/début du VIIe siècle apr. J.-C., principalement des éléments de parure.



Les sondages archéologiques qui ont précédé les travaux de conservation et de restauration du pavillon de chasse du XVe siècle et des derniers vestiges du bourg médiéval d'Illens, menés autour des substructures du pavillon de chasse, ont révélé l'escalier menant à la cave, une structure annexe maçonnée et un chemin de galets; un contrefort de la fin du XIIe/début du XIVe siècle s'appuyant sur le mur d'enceinte du bourg médiéval a aussi été documenté.

Un heureux don de 53 catelles de poêle produites par l'atelier Affentauschegg vient non seulement compléter la collection cantonale et la typologie des catelles découvertes lors des fouilles de la Poterne à Bulle, mais s'avère aussi d'un apport significatif pour la connaissance des productions régionales de catelles de poêle entre XVIIIe et XXe siècles.

Les amateurs de balades en nature à la découverte du patrimoine seront comblés en se rendant à Bossonnens: ils pourront admirer, dans le bois de la Tour, les vestiges du site médiéval et se promener entre les ruines, le long d'un parcours désormais agrémenté de panneaux didactiques mis sur pied en partenariat avec la Commune et l'Association pour la mise en valeur des ruines de Bossonnens.

Cette année, le volume se clôt par un bref hommage à une figure marquante de l'archéologie, Hans Georg Bandi, qui fut actif dans le canton de Berne, et travailla aussi, sur le plan national, à concrétiser la décision du Conseil fédéral (13 mai 1961) scellant la prise en charge par la Confédération du financement des fouilles archéologiques nécessitées par la construction du réseau autoroutier national, dont notre canton a pu lui aussi profiter.

Pour celles et ceux qui n'aurait pas étanché leur soif de découverte archéologiques, l'année qui commence verra publiées deux exceptionnelles nécropoles mises au jour sur les chantiers autoroutiers: Tronche Bélon à Riaz (époque mérovingienne) et Les Biolleyres à Châbles (âge du Bronze). Les riches programmes des associations qui soutiennent l'archéologie et l'histoire dans notre canton- nous ne les remercierons jamais assez pour leur soutien - pourront aussi, à n'en point douter, satisfaire leur curiosité!