Directives du SFF - Dangers naturels et forêts protectrices

Dangers naturels - Directives et formulaires

Forêts protectrices - Directives et formulaires

Stratégie pour les dangers naturels

Les tâches principales du Service des forêts et la faune se concentrent au niveau des mesures préventives. Cependant, son organisation territoriale, ses forestiers sur le terrain ainsi que les divers instruments de soutien financier permettent aussi d’importantes contributions au niveau des interventions et de la remise en état après des événements. La stratégie pour les dangers naturels se base sur le concept suivant:

sff_themes_dn_strategie2

 

Pour atteindre ses objectifs, une prévention contre les dégâts se base sur des documents de planification du territoire qui prennent en considération les dangers naturels de manière appropriée. Le Service joue un rôle important dans le domaine des données de base, en élaborant des cartes indicatrices de dangers, des cartes de dangers ainsi qu’en mettant à jour un cadastre des dangers.

Les mesures de planification du territoire ne peuvent cependant que jouer un rôle limité dans les endroits où les potentiels de dégâts existent suite à des constructions déjà existantes. Dans ces endroits, des ouvrages de construction peuvent s’avérer nécessaires et font également partie des mesures de prévention. Les forêts de protection, qui possèdent un important intérêt public, constituent un important ouvrage de protection naturel et multifonctionnel. Ce thème qui est ancré dans la Constitution fédérale fait traditionnellement partie des priorités du Service des forêts et de la faune.

Une sécurité absolue n’est cependant pas garantie, même avec des mesures de prévention considérables.
Les mesures organisationnelles jouent un rôle complémentaire important afin de réduire les dégâts et les risques de pertes humaines par des dangers naturels. Les mesures suivantes font partie de ce domaine : La surveillance de zones dangereuses, les fermetures et les évacuations, les mesures pour les prévisions telles que le suivi de deux stations d’alerte d’avalanches du FNP, des mesures d’information.

Schutzwald

Chutes de pierres (Villars-sous-Mont, 2004). La plupart des blocs de pierres ont été stoppés par des hêtres dans la zone de transition, certains d’entre eux ont atteint le fond de la vallée et ont failli endommager un poteau électrique des EOS.

Comme pour la protection de l’environnement, une gestion des risques intégrale demande des interactions avec de très nombreux partenaires. D’importantes tâches sont prises en charge par les communes, les services du feu, le service civil, le service des constructions et de l’aménagement du territoire (c’est dans ce service qu’est basée la commission cantonale des dangers naturels qui joue un rôle de coordination), le Service des ponts et chaussées et sa section lacs et cours d’eau, le Service de l’agriculture, le Service de la protection de la population, la police, l’économie privée (entreprises, assurances, etc.) et naturellement aussi les usagers des routes et des voies ferrées qui peuvent ou doivent être actifs dans la prévention ou la gestion des dangers naturels. Il ne faut finalement pas oublier que toutes les citoyennes et tous les citoyens ont une grande responsabilité en tant qu’individus pour leur sécurité et la prévention de dégâts.

Lawinenverbauung oberhalb Jaun

Constructions permanentes de paravalanches des années 60  (Bellegarde, 2006). En raison de l’altitude et de l’économie alpestre, un reboisement ne serait guère possible.  Il est difficile pour des communes pauvres de financer de telles mesures coûteuses.