Actualités

Des propriétaires forestiers engagés dans l'entretien de leurs forêts !

Si le volume de bois exploité est sensiblement plus élevé que dans les années 1980 et 1990, il reste en légère baisse par rapport aux années précédentes. Les débouchés pour les bois exploités sont en pleine évolution et les efforts pour dynamiser la gestion forestière doivent être maintenus pour assurer la stabilité de la forêt et les fonctions qu'elle remplit.

Selon les chiffres récoltés par le Service des forêts et de la faune et publiés aujourd'hui par l'Office fédéral de la statistique, 232 223 m3 de bois ont été exploités en 2016 dans les forêts fribourgeoises. Bien que ce chiffre représente une légère baisse par rapport aux années précédentes, il montre que les propriétaires forestiers fribourgeois continuent à s'engager fortement dans l'entretien de leur patrimoine boisé, malgré le choc du franc fort qui a tiré les prix du bois vers le bas.

Plusieurs facteurs expliquent ce dynamisme des propriétaires forestiers fribourgeois :

  • La volonté des propriétaires, privés et publics, d'entretenir leur bien, même lorsque cela représente un investissement sans retour direct ;
  • Les bonnes structures en place, notamment en forêt publique (unités de gestion forestières), mais aussi en forêt privée dans certaines régions (associations de propriétaires) ;
  • Les soutiens financiers des pouvoirs publics (subventions en faveur de certaines prestations), canton et Confédération, pour une part des travaux présentant un intérêt public.

A noter que le volume exploité ces dix dernières années est sensiblement plus élevé que dans les années 1980 et 1990.

Les débouchés pour les bois exploités sont en pleine évolution. La part de l'assortiment traditionnel, les grumes (bois rond destiné aux scieries), s'effrite, passant en 2016 pour la première fois en dessous des 50 %, alors qu'elle s'élevait à 75 % en 2004. C'est le bois-énergie, essentiellement sous forme de copeaux, qui tire le mieux son épingle du jeu. Grâce à de nouvelles installations de chauffage à bois et à l'augmentation de la capacité de certaines centrales de chauffe existantes, sa part grimpe pour atteindre désormais 45 %. Cette évolution est réjouissante dans l'optique des stratégies énergétiques fédérale et cantonale qui misent sur la substitution des énergies fossiles et nucléaires par des énergies renouvelables dont le bois fait partie.

Ces bons résultats permettent de maintenir une économie forestière cantonale et une chaîne régionale d'utilisation du bois dynamiques. En effet, une grande partie du bois exploité est mis en valeur régionalement, dans des scieries ou dans des chaufferies. Moins de 3 % des bois fribourgeois sont exportés à l'étranger.

Le potentiel de production durable des forêts fribourgeoises, évalué à 325 000 m3 par an, n'a été exploité ces 10 dernières années qu'au trois quarts en moyenne. Cela entraîne une capitalisation de bois qui pourrait être à terme dommageable pour la forêt et les fonctions qu'elle remplit, raison pour laquelle les efforts en place pour dynamiser la gestion forestière ne doivent pas s'atténuer. Le canton soutient financièrement les propriétaires forestiers, notamment pour assurer la fonction protectrice de la forêt, les soins aux jeunes forêts et l'amélioration des structures nécessaires à son exploitation.