Equipe mobile d’urgences psychosociales

L’Equipe mobile d’urgences psychosociales Fribourg (EMUPS Fribourg) est une prestation de prévention de la santé offerte par une équipe pluridisciplinaire placée sous l’autorité du Réseau fribourgeois de santé mentale. L’EMUPS est service de soutien psychosocial en post-intervention des services d’urgences traditionnels comme la police ou les sapeurs-pompiers pour les personnes et les proches, victimes d’événements ou de situations particulièrement traumatisantes.

L’EMUPS intervient ainsi lors d’événement au cours duquel des personnes ont pu mourir ou être gravement atteints dans leur intégrité psychologique ou physique, voire susceptible de causer un changement particulièrement marquant dans la vie de la personne, comportant des conséquences désagréables et durables, conduisant à un trouble de l’adaptation. Il peut s’agir du résultat d’un comportement humain ou de causes naturelles, dont l'étendue peut être micro- (impliquant un petit nombre de personnes) ou macro-sociale (où un grand nombre de personnes sont impliquées).

L’EMUPS garantit un soutien psychosocial aux personnes qui en ont besoin, 24 heures sur 24, y compris durant le week-end.

Une prestation pour la population

main

Le mandat d’organiser et d’agir dans le cadre d’une équipe mobile d’urgences sociales est fondamental pour le Réseau fribourgeois de santé mentale puisqu’il concrétise l’enrichissement de sa mission. En effet, la loi du 5 octobre 2006 sur l’organisation des soins en santé mentale (LSM) précise, dans plusieurs de ses articles, que le RFSM doit élargir l’envergure de ses prestations, en passant de la psychiatrie à la santé mentale, ensemble plus vaste, avec notamment des investissements marqués en matière de prévention et de promotion de la santé mentale.

L’EMUPS est activée en appui des services traditionnels qui interviennent dans l’urgence, de jour comme de nuit, et qui sont limités, de par leur nature et leur mandat, dans leurs possibilités de soutien aux personnes et aux proches, au-delà de leur intervention, alors qu’un suivi psychosocial serait souvent nécessaire. L’EMUPS Fribourg ne fait pas de débriefing ni de thérapie d’urgence, elle offre un soutien psychosocial.

Une équipe d’intervention pluridisciplinaire

Les micro-situations sont très hétéroclites nécessitant parfois l’apport plutôt d’un psychologue, d’un assistant social, d’un soignant voire d’un intervenant spirituel. Les prestations attendues vont de l’écoute sociale, à l’information jusqu’au soutien psychologique. Les cas requérant une intervention essentiellement médicale demeure l’apanage des médecins de garde ou des ambulanciers. La meilleure réponse aux imprévus des situations rencontrées apparaît donc relever d’une équipe pluridisciplinaire.

Les situations psychosociales décelées sont : suicides ou tentatives, décès accidentels, crises familiales nécessitant la protection provisoire des enfants, accidents de la circulation provoquant la mort ou des lésions graves, troubles psychiques qui ne nécessitent pas forcément une hospitalisation, incendies, hold-up, agressions, prises d’otages, noyades, meurtres et autres situations potentiellement traumatisantes.
La prise en charge psychosocial de l’EMUPS Fribourg a les caractéristiques suivantes :

  • les interventions en psychologie d’urgence visent une approche psychosociale et ne sont pas des actions psychothérapeutiques,
  • les professionnels la pratiquant connaissent les principes de base des interventions dans le domaine,
  • ils sont capables d’utiliser les connaissances assimilées d’une manière critique et souple,
  • ils connaissent leurs propres limites et sont en mesure de se rendre compte des conséquences d’un traumatisme pour eux-mêmes ,
  • la psychologie d’urgence est exercée uniquement par des professionnels qui n’en dépendent pas financièrement,
  • il s’agit d’une approche visant l’acceptation des réactions,
  • le professionnel n’est là que pour un temps, plutôt que se proposer comme ressource, il cherche à mobiliser en premier lieu celles de la personne, puis celles de sa famille et sa collectivité ;
  • le professionnel est tenu de développer une réflexion éthique sur son intervention. Il peut être en mesure, par exemple, de refuser un mandat lorsque certaines conditions ne sont pas réunies;
  • l’approche est minimaliste : faire le moins possible, mais tout ce qui est indispensable. Offrir une présence et accorder un maximum de contrôle et de maîtrise à la personne et son entourage.