La Commission de recours en matière de nouvelle mensuration parcellaire (ci-après: la Commission) est régie par la loi sur la mensuration officielle et par le code de procédure et de juridiction administrative.
 
Elle traite les recours en matière de nouvelle mensuration parcellaire selon la législation spéciale. Elle statue en dernière instance cantonale et œuvre sous la surveillance du Conseil de la magistrature.

De par sa composition, elle garantit une prise en compte qualifiée aussi bien des aspects liés aux droits et obligations de personnes touchées que des aspects spécifiques de la mensuration. 
 

De plus, la présence ordinaire de tous les actrices et acteurs impliqués (partie recourante, géomètre intimé, personnes intéressées, témoins) aux débats publics permet d'une manière générale une meilleure compréhension des tenants et aboutissant du droit et de la mensuration dont il est en question.
 

Aussi, la Commission prête un cadre idéal au rôle conciliateur du droit, d'ailleurs souvent bien compris par les personnes présentes.
 
La Commission, nommée par le Conseil d'Etat,
connaît actuellement la composition suivante:
 
Kurt Schwab, avocat, Kerzers, président
Danièle Mooser-Dougoud, avocate, Bulle, vice-présidente
Yvan Chassot, ingénieur géomètre, Mézières FR, assesseur
Marguerite Giner, ingénieur géomètre, Domdidier, assesseur
Daniel Kaeser, ingénieur géomètre, Schmitten, assesseur
René Sonney, ingénieur géomètre, Ependes, assesseur
Dieter Stauffacher, ingénieur géomètre, Muntelier, assesseur
Giacinto Zucchinetti, ingénieur géomètre, Bulle, assesseur
Philippe Uldry, notaire, Villars-sur-Glâne, secrétaire
Philippe Haymoz, juriste, Pont-la-Ville, secrétaire suppléant
 
De fait, la Commission se partage en deux sections, l'une traitant les affaires en français, l'autre celles en allemand.
Ainsi, la Commission siège avec son président ou sa vice-présidente et deux de ses assesseurs, appuyée par le secrétaire ou le secrétaire suppléant. Les critères de la composition concrète pour chaque cas sont ceux de la langue déterminante du dossier, des disponibilités des personnes nommées ainsi que des récusations éventuelles qui s'imposent.