Musée d'art et d'histoire
Fribourg

Exposition permanente

Tour des secrets

Depuis la nuit des temps, les humains sont confrontés à la quête de nourriture et à la nécessité d’évacuer les matières non digérées. Une fonction intimement liée à la vie, et qui pourtant reste tabou, « même dans nos sociétés modernes », rappelle Verena Villiger, directrice du Musée d’art et d’histoire Fribourg (MAHF). Comment procédaient nos ancêtres sans plomberie moderne ? Au MAHF une étonnante extension de l’exposition permanente vient d’être aménagée au cœur du sujet, c’est-à-dire dans les cabinets d’aisance aujourd’hui désaffectés de l’Hôtel Ratzé. L’imposante bâtisse construite entre 1581 et 1594 par Jean Fumal, maître bâtisseur de Lyon, pour le marchand drapier Jean Ratzé comprend en effet un élément typique de l’architecture lyonnaise : une double galerie de hautes arcades, qui servait à rejoindre la tour des latrines, côté jardin.

Au premier étage de la tour, les latrines anciennes ont été reconstituées grâce à un objet provenant du château de Domdidier actuellement en transformation.

Jusqu’au XIXe siècle, la population ne faisait pas le lien entre l’hygiène et la santé. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les gens se lavaient peu mais se couvraient souvent de fards. Au cours du XIXe siècle, des scientifiques comme Louis Pasteur (1822-1895) font enfin le lien entre l’hygiène et les maladies.

Le cabinet d’aisance du deuxième étage est consacré à ce thème de l’hygiène et de la santé. Il se décline par une collection d’objets présentés dans des vitrines et  extraits des collections du MAHF, comme ce peigne gothique sculpté en buis à double rangées de dents, une pièce du XVe siècle redécouverte lors des préparatifs de la présentation. Des peignes similaires sont conservés au Musée de Cluny, à Paris.
Les objets exposés s’accompagnent de courts textes explicatifs illustrés d’images, accessibles sur une borne à écran tactile, à l’entrée des espaces d’exposition.

Retrouvez-nous sur