Actualités

Pour réduire mon impact sur l'environnement, je réduis ma consommation de viande (en quantité et/ou en nombre de menus carnés par semaine)

Participez au concours et gagnez un abonnement à "Notre Panier Bio" pendant un an ou d'autres prix. Plusieurs tirages au sort jusqu'en août 2018. Une campagne du SEn pour une alimentation responsable qui préserve l'environnement

En consommant la viande avec modération et en plafonnant les quantités aux recommandations nutritionnelles (2 à 3 portions de 100g à 120g par semaine - y compris volaille et charcuterie), nous diminuons de 20% à 40% l'impact de notre alimentation sur l'environnement.

L'impact de la viande est essentiellement dû à l'importation massive de fourrages, comme le tourteau de soja du Brésil, culture en forte expansion et cause majeure de déforestation et d'émissions de gaz à effet de serre. Un tiers des terres cultivables dans le monde sont affectées à la production de fourrage pour les animaux, alors qu'elles pourraient servir directement l'alimentation humaine. La consommation mondiale de viande a doublé en 20 ans et en moyenne, une calorie d'origine animale nécessite trois fois plus d'énergie grise qu'une calorie végétale.

En augmentant notre consommation de légumineuses (apport de protéines), nous avons un régime alimentaire bénéfique pour l'environnement car la production de légumineuses fixe l'azote atmosphérique dans le sol. Cela permet de réduire les intrants de synthèse et biologiques, importants consommateurs d'énergie fossile et émetteurs de gaz à effet de serre.

Manger moins, manger mieux !

Il est préférable pour l'environnement de consommer de la viande provenant de Suisse. Mais il n'y a pas suffisamment de pièces nobles (filet, entrecôte) pour répondre à la demande des consommateurs. Pour ne pas devoir importer de la viande, n'oubliez pas d'acheter et de cuisiner également les morceaux à braiser et à rôtir (par exemple bouilli, jarret, poitrine).

Une alimentation responsable pour préserver l'environnement

Dans le domaine de l'alimentation, nos choix ont des conséquences réelles et immédiates sur l'environnement. Quelques chiffres montrent le potentiel des actions qui peuvent être réalisées.

  • En Suisse, 30% des aliments finissent à la poubelle.
  • Le transport des denrées alimentaires par avion nécessite 30 fois plus d'énergie que par camion.
  • 80% des emballages sont des emballages alimentaires, dont la majorité liée à la boisson.

Une liste de courses durable

Avec la bonne liste de courses, il est possible de réduire son impact sur l'environnement de 50%. Entre le minimum et le maximum, à chacun de choisir selon ses préférences, ses envies et ses contraintes, en n'oubliant pas les indispensables:

  • des produits locaux et de saison;
  • davantage de légumes ou de légumineuses riches en protéines et moins de viande;
  • du poisson d'élevage durable (ASC), de pêche durable (MSC) ou bio;
  • des variétés anciennes et diversifiées de fruits, légumes et céréales;
  • des légumes hors standard: gros, petits, "pas beaux";
  • des produits frais (en renonçant aux produits surgelés et congelés);
  • des produits si possible sans emballage alimentaire;
  • uniquement les quantités dont j'ai besoin…

Information: www.fr.ch/alimentation

Concours: http://www.fr.ch/sen/fr/pub/alimentation/concours.htm

Ma liste de courses pour préserver l'environnement: http://www.fr.ch/sen/files/pdf94/alimentation_liste_courses_fr.pdf

Stop au gaspillage - une campagne de l'Union Professionnelle Suisse de la Viande
http://www.fr.ch/sen/files/pdf95/campagne_upsv.pdf