Actualités

Cahiers d'Archéologie Fribourgeoise 2017

Cette 19ème livraison des Cahiers d'Archéologie Fribourgeoise coïncide avec l'année européenne du patrimoine. C'est également la dernière édition proposée sous cette forme par l'archéologue cantonale Carmen Buchillier: le périodique adoptera une nouvelle livrée pour son vingtième anniversaire prévu à la fin 2018. Entre fouilles de sauvetage, sondages de diagnostic, suivis et intervention subaquatique le Service archéologique a concocté un programme qui fait la part belle à la synthèse des résultats issus d'un des chantiers significatifs mis au jour en 2003 sur le tracé de la Route de contournement de Bulle-La Tour, celui du site des Partsis à la Tour-de-Trême.

Non loin de la chapelle de la Motta à la Tour-de-Trême, le campement de plein air occupé entre les Xe et VIe millénaires par des chasseurs-cueilleurs représente une halte de chasse saisonnière dont une fosse, sept foyers et une zone de vidange ont pu être mis en évidence; les outils courants en pierre t sont réalisés dans des matières régionales telles que la radiolarite ou le quartzite, quelques exemplaires sont, eux, façonnés dans du silex exogène. Sur le même site ont été fouillés deux tombes du début de l'âge du Bronze (1800-1700 av. J.-C.) dont les défunts portaient des éléments de parures (épingles et torques).



L'ancien port romain de Joressant et le pont du Rondet (Mont-Vully) ont livré le plus important lot de jougs et jouguets d'Europe romaine ainsi que de nombreuses attaches de joug attestant l'usage du harnais à plaquette de traction ; la présentation de ces objets peu communs les met en relation avec le déplacement des troupes, tels ceux qu'a connu l'ouvrage du Rondet qui a vu passer, notamment la fameuse - et crainte -LEGIO XXI dite Rapax !

L'analyse de la Maison de Prez-Maillardoz à Rue a permis d'en documenter les diverses étapes de transformation entre XIIe XIXe siècles. Le bâtiment principal abrite trois cheminées monumentales - l'une, à cadre de bois sculpté d'une frise polychrome remontant au XIVe siècle est sans équivalent-, ainsi que deux salles à décors peints exceptionnels. La bâtisse renferme par ailleurs la plus ancienne cage d'escalier à vis conservée dans le canton, et la réunion de quatre maisons en une seule en fait la plus grande propriété seigneuriale hors de la ville de Fribourg.

Lors de suivis de travaux de restauration à l'abbaye cistercienne de la Maigrauge de Fribourg, un sol de mortier à damiers rouges et blancs, inédit, a pu être dégagé dans le vestibule d'accès au cloître, et la chronologie relative entre l'église et le cloître a pu être confirmée. L'analyse de l'aile orientale du bâtiment conventuel a également permis de restituer 18 fenêtres à l'étage, fait plutôt rare dans une construction médiévale!



Parmi les découvertes protohistoriques dues à des fouilles de sauvetage, il convient de mentionner les trois tombes de Rossens (âge du Bronze et âge du Fer) dont deux contenaient plusieurs récipients en céramique, tandis que la grande fosse du Premier âge du Fer de Prez-vers-Noréaz renfermait des scories de fer, témoignages des premiers ateliers métallurgiques du canton. Une analyse de bâtiment a par ailleurs permis de documenter la succession de phases de construction dans une maison de la Hauptgasse à Morat.

En cette année remarquable pour le Patrimoine européen, les Cahiers d'archéologie constituent un maillon pour sensibiliser la population au patrimoine, qu'il soit archéologique ou historique, et à sa valorisation.