Actualités

Situation de logement des ménages défavorisés: agir de concert et en connaissance de cause

Granges, 09.11.2017 - Les conditions de logement sont un des aspects déterminants dans la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale. Quand elles sont adéquates, elles favorisent le bien-être des ménages désavantagés économiquement et contribuent à leur intégration. La journée de séminaire "Le logement en jeu: entre intégration et précarisation" de l'Office fédéral du logement (OFL) qui s'est déroulée aujourd'hui à Granges (SO) a montré qu'il est important de se départir des idées tout faites et qu'il convient d'agir en connaissance de cause, si l'on veut œuvrer efficacement à leur amélioration.

Felix Walder, directeur suppléant de l'Office fédéral du logement (OFL), a rappelé lors de l'ouverture du séminaire le rôle primordial du logement dans le bien-être des personnes, en particulier pour les ménages fragilisés sur les plans économique ou social: tantôt source de stabilité et de bien-être, tantôt entrave à l'intégration et risque de précarisation accru. Au vu de ce rôle, le Programme national de prévention et de lutte contre la pauvreté, partenaire de cette manifestation, en a fait un de ses axes thématiques.

L'intervention inaugurale de Carlo Knöpfel a montré qu'en Suisse, la très forte majorité des ménages touchés par la pauvreté sont confrontés à des conditions de logement insatisfaisantes, surtout en raison des coûts grevant excessivement leur budget. Cette situation est relativement stable, au contraire de la France où les difficultés s'accentuent pour le bas de l'échelle sociale, comme l'a montré l'intervention d'Opale Echegu, de l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale ONPES.

Philippe Wanner de l'Université de Genève a ensuite montré que les ménages aux revenus limités changent moins souvent de domicile que les autres ménages. Ses constats contredisent l'hypothèse d'une relégation hors des centres des ménages modestes et attestent au contraire le pouvoir d'attraction intact des villes-centre pour ce groupe de population. L'analyse de Corinna Heye a permis de dédramatiser la situation de logement des personnes issues de l'asile. Ces dernières partagent certes les difficultés d'accès au logement des groupes en provenance de pays similaires mais ne rencontrent pas d'obstacles supplémentaires. Par contre, ici, l'enjeu de l'intégration et de la transmission du "savoir-habiter" se pose avec acuité.

Plusieurs intervenants ont mis en lumière des facteurs qui entravent l'accès au logement. Claudia Biagini de la fondation Domicil, Rachèle Féret et Thierry Humair de la fondation Apollo ainsi que Emmanuelle Garcia de l'Unité Logement de la Ville de Lausanne ont relaté leurs expériences de travail. Selon eux, la diversité des situations des personnes en quête d'un logement appelle des réponses singulières. Ils ont mis en avant l'importance des contacts avec les bailleurs, pour les sensibiliser à la cause et pour aboutir à des arrangements débouchant sur la signature d'un bail. Henk Van Hootegem du Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale a présenté des réflexions menées en Belgique au sujet de la garantie locative permettant justement d'offrir au propriétaire bailleur une plus grande sécurité financière et de lever ainsi un obstacle majeur dans l'accès au marché du logement.

La dernière intervention de Marie Glaser, directrice ETH Wohnforum, a donné un avant-goût d'une publication à l'intention des communes et cantons. Elle a souligné le caractère didactique de cette brochure, développée dans le cadre du Programme national de prévention et de lutte contre la pauvreté et qui paraîtra début 2018. Elle présentera de façon accessible sept instruments de soutien et illustrera leur utilisation dans cinq communes suisses.

Le podium placé sous le titre "Trouver des solutions grâce à une alliance à large ancrage ?" a mis un point final à la journée. Le Conseiller d'Etat Antonio Hodgers en charge du logement dans le canton de Genève, Martin Tschirren, directeur suppléant de l'Union des villes suisses, Pascal Stutz, directeur de SVIT Zurich et Bettina Fredrich de Caritas Suisse ont débattu du rôle des différents acteurs, des alliances possibles et échangé sur les chances et risques des pistes d'action évoquées au cours de la journée.

Environ 200 personnes ont assisté au séminaire "Le logement en jeu: entre intégration et précarisation" qui a eu lieu le 9 novembre dans le cadre des Journées du logement de Granges 2017. Par ailleurs, le public a la possibilité de profiter jusqu'au 15 novembre de trois autres manifestations, dont l'exposition itinérante "Umsicht - Regards - Sguardi 2017" de la SIA. Le programme des diverses manifestations des Journées du logement et les documents relatifs à la journée de séminaire peuvent être consultés à l'adresse www.journeesdulogement.ch.


Adresse pour l'envoi de questions

Doris Sfar, OFL, cheffe du secteur Questions fondamentales et information, tél. +41 58 480 91 85