Joseph Deiss, président de l’Assemblée générale de l’ONU

Depuis 8 ans, la Suisse participe à l’Organisation des Nations Unies (ONU). Le 14 septembre 2010, le citoyen fribourgeois Joseph Deiss est entré en fonction en tant que 65e président de l’Assemblée générale des Nations Unies. Il aura la délicate mission de diriger les travaux du principal organe délibérant de l’ONU, en faisant en sorte que les 192 Etats membres de l’Assemblée tendent vers les mêmes objectifs onusiens.

Les Etats membres avait élu Joseph Deiss le 11 juin 2010. Son mandat est d’une année. 

Manifestations fribourgeoises

Visite de la délégation fribourgeoise à New York

14 septembre 2010, Joseph Deiss reçoit la délégation fribourgeoise dans son bureau onusien à New York 14 septembre 2010, Joseph Deiss reçoit la délégation fribourgeoise dans son bureau onusien à New York

Devant l’importance de cet événement, une délégation fribourgeoise s’est rendue à New York, au siège des Nations Unies, pour assister à la première séance de l’Assemblée générale des Nations Unies présidée par Joseph Deiss. Ce sont:

  • Mme la présidente du Grand Conseil Solange Berset
  • M. le président du Conseil d’Etat Beat Vonlanthen
  • M. le vice-président Erwin Jutzet
  • M. le conseiller d’Etat Georges Godel
  • M. le vice-chancelier d’Etat Olivier Curty.

L’ONU en bref

Fondée en 1945, l’Organisation des Nations Unies (ONU) regroupe 192 Etats, soit pratiquement tous les Etats de la planète. L’ONU n’est pas un gouvernement mondial, mais une plateforme de dialogue entre Etats. Elle a pour finalité constitutive le maintien de la paix et de la sécurité internationales, cela en promouvant la coopération dans les domaines du droit international, de la sécurité internationale, du développement économique, du progrès social et des Droits de l’homme.

La Charte des Nations Unies, convention internationale entrée en vigueur le 24 octobre 1954, est le texte constitutif de l’ONU. Elle fixe les droits et les obligations des Etats membres et établit les organes et les procédures.

L’ONU se compose de six organes principaux :

  • L’Assemblée générale, forum multilatéral de discussion, est le principal organe délibérant et représentatif de l’ONU. 
  • Le Conseil de sécurité est responsable du maintien de la paix et de la sécurité internationales.
  • Le Conseil économique et social coordonne les activités de l’ONU et de ses organismes dans les domaines économiques et sociaux. 
  • La Cour internationale de Justice, organe judiciaire principal de l’ONU, règle les différents d’ordre juridique entre les Etats. 
  • Le Conseil de tutelle a été institué en 1945 afin d’assurer la surveillance de territoires sous tutelle onusienne et de les préparer à l’autonomie et à l’indépendance, ce qui fut fait en 1994. Depuis, le Conseil de tutelle ne se réunit que lorsque les circonstances l’exigent. 
  • Le Secrétariat s’acquitte des tâches quotidiennes de l’ONU. Le Secrétaire général est Ban Ki-moon.

Des institutions spécialisées (UNESCO, FMI, etc.), des programmes et fonds (UNICEF, HCR, etc.), des instituts de recherche et de formation, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie et celui pour le Rwanda, des organisations apparentées (OMC, AIEA, etc.) et de nombreux autres organismes complètent le système onusien.

Le siège principal de l’Organisation des Nations Unies est New York. Genève accueille le siège européen. La Cour internationale de Justice se trouve à La Haye, l’UNESCO à Paris, l’AIEA à Vienne et l’OACI à Montréal.

L’ONU et la Suisse

La Suisse est admise par l’Assemblée générale des Nations Unies en tant que membre de l’ONU le 10 septembre 2002. Cette adhésion fait suite à l’acceptation par le peuple et par les cantons de l’initiative populaire fédérale «Pour l’adhésion de la Suisse à l’ONU» le 3 mars de la même année.

Depuis son adhésion, la Suisse s’est fortement engagée en faveur des objectifs fixés dans la Charte des Nations Unies, lesquels coïncident avec ceux de la politique extérieure suisse.

Elle participe activement aux travaux de l’ONU, ainsi qu’à ceux qui portent sur sa réforme. L’engagement de la Suisse a notamment contribué à la création du Conseil des droits de l’homme (2006) et à l’instauration d’un poste d’ombudsman chargé de recevoir les plaintes d’individus affectés par des sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU au titre de la lutte antiterroriste (2009).

Des hauts postes au sein de l’Organisation des Nations Unies sont occupés par des citoyens suisses : Helen Keller au Comité des droits de l’homme, Barbara Wilson au Comité des droits économiques, sociaux et culturels, Stefan Trechsel au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, etc.

Des officiers suisses participent en tant qu’observateurs militaires (bérets bleus) à des opérations de maintien de la paix de l’ONU au Proche-Orient, en République Démocratique du Congo, au Népal, au Burundi et au Soudan (région du Darfour).

Le Conseil fédéral pourrait également prochainement déposer sa candidature comme membre non-permanent du Conseil de sécurité.